Les news

Nos dernières infos digitales

Agence Facebook marketing : indispensable pour démarrer en 2017 ?

Agence Facebook Marketing

Une présence sur Facebook n’est plus seulement indispensable. Ce réseau social est devenu le premier levier d’acquisition de fans mais aussi une vraie plateforme d’interactions online qui permet de générer du business. Il est même désormais possible d’acheter directement vos produits sur Facebook via des f-boutiques ! Si vous voulez être à la page et prendre les meilleures décisions pour votre croissance, découvrez en quoi une agence marketing Facebook peut vous aider !

 

  1. Etre présent sur Facebook c’est vraiment indispensable ?

La présence sur Facebook est devenue indispensable pour toute entreprise qui souhaite se lancer et prospérer en 2017. Le nombre d’utilisateurs sur ce réseau social (près de 2 milliards dans le monde et plus de 30 millions en France) fait de lui un monstre en terme de visibilité mais surtout de Data. En effet, sa big Data est des plus exceptionnelles est de fait Facebook est devenu au fil des années un ennemi redoutable pour Google.

La force principale de Facebook par rapport à Google c’est de vous permettre de capter des personnes qui ne sont pas encore intentionnistes achat (contrairement à Google) mais qui le deviendront un jour, surtout si vous communiquez bien vers eux !

 

  1. La puissance du premier réseau social mondial & sa Big Data

Facebook n’est plus un simple réseau social, il est devenu une plateforme pour tous les professionnels qui se digitalisent (passage obligé pour tous). L’écosystème Facebook intègre également Instagram, qui mène une compétition féroce avec Snapchat, Messenger et What’s app les 2 messageries les plus utilisées dans le monde, sauf en Chine ou Wechat est le leader incontesté.

Autrefois réticente, l’industrie a fini par entreprendre sa digitalisation et comprendre les enjeux d’une présence intelligente sur le Web. Bien sûr, il ne suffit pas d’être uniquement présent statistiquement sur le Web via un site vitrine, il faut en comprendre le fonctionnement, les opportunités et connaître ses propres objectifs.

Et vous, connaissez-vous les vôtres ? Si vous êtes un peu perdu au niveau de vos objectifs ou ignorez par où commencer, découvrez la méthode AARRR : la méthode de Growth Hacking pour exploser votre business comme un pirate !

How To Measure App Growth With Pirate Mobile Metrics AARRR

 

  1. Vous êtes qui & vous voulez quoi ?

On ne cessera de le répéter, vous devez connaître vos objectifs et les définir précisément. Pourquoi ? Et bien le luxe de ce canal de communication digitale c’est qu’il permet de faire des analyses et des tests.

On ne part pas de zéro pour jeter une bouteille à la mer, non ! Vous émettez des hypothèses. Ensuite, vous définissez des résultats à atteindre et grâce à une stratégie d’A/B testing, vous pouvez voir ce qui fonctionne (ou pas) et pourquoi ! En changeant certains facteurs (visuels, accroches, horaires de publications, call to action, etc.), vous pouvez créer une vraie stratégie d’acquisition de fans pour développer votre communauté ou de conversion pour générer des ventes.

 

  1. Facebook Ads : la publicité pour gagner en visibilité … et en efficacité !

La publicité Facebook fonctionne selon plusieurs facteurs : le ciblage, le budget, le placement sur la page, l’enchère et bien sûr la qualité de l’annonce ! En ce qui concerne l’enchère, le CPM (coût pour mille affichages) peut varier de quelques centimes à plusieurs euros selon les autres variables. Le CPC (coût moyen par clic) permet de ne facturer que les clics sur la campagne. Il existe aussi le CPA (coût moyen par action), qui permet de définir l’action : conversion, téléchargement d’application, etc. Enfin, l’OCPA (coût par action optimisé) permet d’attirer le plus de monde selon le budget.

Peu importe le type d’enchère, il faut calculer en CPA et analyser les résultats. Et surtout les optimiser quotidiennement pour faire baisser le CPA moyen au cours du temps.

 

  1. La gestion de communauté pour créer un lien qualitatif

La gestion d’une communauté sur Facebook commence d’abord par sa création, cela va sans dire. Il faut donc veiller à faire un vrai ciblage qualitatif pour trouver efficacement, l’utilisateur apte à liker, à suivre votre page, partager vos publications et même à vous recommander !

Ensuite, il y a toute la partie interaction. Les utilisateurs aiment la proximité. Une page sur laquelle ils peuvent commenter et avoir un like ou une réponse leurs donnent envie d’y rester. C’est une excellente façon de faire de la rétention. De plus, les interactions augmentent la visibilité de vos posts et le edge rank de votre page.

 

  1. Le rôle d’une agence Facebook Marketing 

Vous avez sûrement entendu l’expression «  l’argent est dans la liste » (sous entendu dans votre mailing liste si vous l’exploitez correctement !). De la même façon, pour Facebook, l’argent est dans votre communauté.

D’où l’importance de créer une communauté qualifiée et bien ciblée de sorte à ce que vos publications leur parlent et qu’ils y réagissent. Le lien entre votre communauté et vous est très important. Plus il est bon, plus il y a d’interactions. Et plus il y a d’interactions, plus il y a de conversion.

L’enjeu est donc de créer votre identité de marque, adapter votre ligne éditoriale et conquérir des clients qui matchent. Pour se faire, il y a une vraie stratégie de ciblage, de veille de la concurrence, d’analyse de la cible et de son comportement.

Votre agence doit produire des contenus de qualité à des horaires optimaux et des fréquences appropriées. Et y associer les bons ciblages. Vous devez ainsi bénéficier d’une réelle expertise Facebook pour vous faire gagner du temps.

Enfin, prendre en main vos campagnes de publicité et les exploiter selon la stratégie globale mise en place !

 

Si vous faites des ventes en ligne : découvrez comment les optimiser au maximum !

Site e-commerce : comment faire exploser ses ventes en ligne ?

La BIBLE du Growth hacker !

bible growth hacker

La BIBLE du Growth hacker !

Les Growth Hackers sont des scientifiques dont le laboratoire est l’entreprise. Leur prix Nobel est l’hypercroissance et leurs outils sont les hacks ! Ils sont créatifs, passionnés mais surtout à l’affût de nouvelles idées pour hacker la croissance à leur profit ! Vous pensez que ces pirates sont des génies ? Découvrez plutôt (presque) tous leurs secrets !

Ce qu’il faut savoir sur le Growth Hacking

  1. Les tops et les flops du Growth Hacker : comment les gérer ?

Ces marketeurs atypiques peuvent échouer comme réussir. Ce sont (en général) des ‘scientifiques’ et ils font des expériences pour découvrir quels facteurs clés semblent prometteurs et lesquels sont à éviter. Ce qui est intéressant, c’est que parfois (souvent !) leur hypothèse de départ s’avère fausse.

Ce qu’ils imaginaient cartonner est un flop tandis que ce qu’ils imaginaient échouer s’avère être efficace. Dans ce contexte de recherche permanente de croissance arrive la question de l’organisation. Chercher à gagner de l’argent commence par chercher à gagner du temps ! Pour ce faire, il existe le cadre PIE (voir plus bas).

  1. Les qualités du Growth Hacker

Le Growth Hacker est donc, comme tout ‘scientifique’ qui se respecte, un bon analyste. Il se doit de mettre son Ego de côté et ne pas assimiler ses résultats à ses propres compétences. Le hacker n’est pas son hack. Il est parfois bon de le rappeler ! Mais le Growth hacker a tout de même plusieurs compétences. S’il ne les a pas toutes, une équipe de professionnels peut former à eux tous l’équivalent d’un très bon Growth hacker. Un bon designer, un excellent développeur, un community manager de qualité, un traffic manager astucieux, peuvent collaborer étroitement avec un mindset de Growth Hacking :

  • Créativité
  • Esprit d’analyse
  • S’appuie sur des données
  • Pose des hypothèses mesurables
  • Met son Ego de côté
  • Passionné par la croissance
  • Ne respecte pas les règles traditionnelles
  • Va chercher des solutions
  • S’inspire de ceux qui ont réussi mais s’adapte au contexte
  1. Le cadre PIE (ICE en anglais) c’est quoi ?

Dans cette gestion de votre temps et de votre organisation, vous devrez connaître vos priorités. Mais alors « comment savoir par quoi commencer ? » me direz-vous ? Le cadre consiste à mesurer l’importance d’un potentiel hack sur 10 points. Plus le potentiel est élevé, plus il est prioritaire. Il suffira ensuite de noter chacun de ces facteurs sur 10 selon les critères suivants. Vous pourrez ainsi établir leur moyenne et décider lequel est prioritaire.

Le potentiel de croissance (Impact)

Demandez-vous si ce hack peut provoquer des résultats importants pour votre business et très rapidement. Plus son impact est fort, plus il se rapproche de 10.

Importance du hack (Confidence)

Le hack a-t-il un impact sur une large audience ou sur une niche ? Par exemple, changer sa page d’accueil a un plus gros impact que faire un post sur Facebook (en général).

Le facteur facilité (Ease)

La note de facilité, par essence, vous aidera à savoir quel est le degré de difficulté à l’exécution du hack. Avez-vous besoin d’une équipe de développeurs ou simplement d’un community manager ? Par exemple, vous pouvez intégrer un code promo assez facilement tandis que changer une landing page peut demander plus de temps et de technique.

Votre cadre PIE a été effectué ? Vous avez établi vos notes et choisi vos priorités ? Parfait ! Maintenant, connaissez-vous les indicateurs qui vous permettront de mesurer le succès de vos tests ?

  1. Le tunnel du Growth Hackeur

aarrr

Crédit photo : La Fabrique du Net

En tant que bon ‘scientifique’, vous devez avoir votre propre boite à outils. Votre entreprise est votre laboratoire et le développement de votre expertise en dépend. Votre façon de vous améliorer est le premier facteur de croissance.

« Je ne perd jamais, soit je gagne, soit j’apprend

Nelson Mandela

C’est cet état d’esprit qu’un vrai Growth Hackeur se doit d’avoir. Pour apprendre de ses échecs, il doit utiliser de bons outils d’analyse. Mais avant ça, il doit connaître sur le bout des doigts le tunnel du Growth hacking.

a) Acquisition

L’acquisition est la première étape du Growth Hackeur. Il va chercher à créer du trafic par plusieurs moyens : les leviers d’acquisition de trafic. Créer une audience, trouver un public, préciser sa cible est un art et cette étape est indispensable.

il s’agit par tous les moyens d’attirer l’attention des futurs prospects et clients de l’entreprise.

b) Activation 

Quand vous avez acquis ce trafic, il va falloir que ces visiteurs commencent à s’engager. Voir vos posts sur Facebook, c’est bien, les attirer sur votre site et récupérer leur adresse mail, c’est mieux ! Cette étape permet aux visiteurs de vous découvrir d’une autre façon, ils s’abonnent à une newsletter, découvre un Ebook en cadeau par exemple, laissent leurs coordonnées téléphoniques pour être recontactés.

c) Rétention

Comme son nom l’indique, la troisième étape consiste à fidéliser vos prospects et clients ; Ils doivent être satisfaits de votre univers, de vos réseaux sociaux, de vos produits, de votre SAV, de votre rapidité ou de votre livraison gratuite ; Bref leur expérience est tellement satisfaisante qu’ils n’ont qu’une envie, c’est de ne consommer ces biens ou services que chez vous !

d) Recommandation

Cette étape est en lien avec la précédente mais est encore plus impactante pour votre croissance. Un client qui vous recommande en vaut deux. Mais c’est quoi recommander ? Et bien la recommandation peut prendre plusieurs formes, elle peut être un avis dans votre livre d’or ou sur Google shopping. C’est aussi un partage sur Facebook ou un parrainage. Les recommandations sont excellentes et peuvent même être virales ! Pousser à la recommandation peut constituer un hack fabuleux. Mais il va falloir que votre prestation aille dans ce sens… Qualité oblige !

e) Revenus

La dernière étape est un peu la plus attendue puisqu’il s’agit d’argent ! Les clients sont passés par le tunnel de conversion et finissent par acheter votre produit. Vous monétisez votre produit comme vous le souhaitez, via une application, une e-boutique, un abonnement, etc. Ensuite, vous pouvez suivre vos recettes en traquant d’où elles proviennent et déterminer ainsi votre modèle d’attribution multi leviers.

  1. L’importance du tunnel de conversion

Et n’imaginez pas que les étapes précédentes sont facultatives. Ce tunnel de conversion permet un trafic qualitatif chaud et un client prêt à sortir la carte bleue car il vous connaît déjà. Il est en effet rare qu’un internaute paie directement pour un produit qu’il ne connaît pas dans une plateforme qu’il ne connaît pas non plus !

  1. 6 Hacks hyper puissants qui vont vous inspirer !

Hotmail : le premier hack de l’histoire

Qui n’a jamais vu un mail en provenance d’un compte hotmail avec la signature désormais mythique

« PS: I Love You. Get Your Free Email at Hotmail »

Cette simple ‘astuce’ a permis à Hotmail d’enregistrer 3000 créations de compte par jour pendant des mois et d’atteindre très rapidement 1 million de user.

Instagram : le début du succès

Les fondateurs d’Instagram avaient d’abord créé Burnb qui permettait de recenser des lieux et créer des points de RDV. Les utilisateurs pouvaient se photographier, se taguer et personnaliser leurs photos avec des filtres. Ils se sont rendus compte les yeux rivés sur les métriques d’usage de l’application que le filtre était beaucoup utilisé et ont décidé de revoir l’application en se spécialisant dans la photo avec du filtre. C’est la naissance d’Instagram !

Le fameux hack d’Airbnb

Dans ses débuts, Airbnb peinait à trouver du trafic. Peu connus, ils avaient quelques offres mais peu de personnes qui visitaient leur site. Ils ont alors décidé de créer un outil pour envoyer automatiquement leurs offre sur l’équivalent du boncoin qui s’appelle Craiglist. Ils ont ainsi pu hacker l’audience de ce site gratuitement ! Et c’est ainsi qu’ils ont explosé ! Ils ont eu quelques soucis avec Craiglist bien sûr…

Groupon & la gratuité

Groupon propose des services comme des massages, relooking ou weekends à prix cassés. Leur hack a été d’offrir n’importe quelle prestation à la condition de la partager à 3 proches qui l’achètent. Ils ont donc utilisé la gratuité pour créer de la viralité ! Leur croissance a été exponentielle (mais leur business model a fini par s’essouffler).

Twitter : quand mes utilisateurs m’abandonnent !

Twitter est parti du constat que les utilisateurs créaient des comptes et abandonnaient rapidement leur utilisation. En observant les statistiques, ils se sont rendus compte que le taux d’abandon était corrélé avec un nombre de followers faible. Ils ont donc décidé d’optimiser la rétention des abonnés au détriment de l’acquisition d’utilisateurs nouveaux ! Et cela a fonctionné.

Conor Maynard le chanteur aux 4 millions d’abonnés sur Youtube

Ce chanteur qui n’était pas encore connu il y a quelques années a eu une idée très intéressante. Il a décidé de ne faire que des duos avec des chanteurs plus ou moins connus. Jusque là rien d’exceptionnel. Mais il a aussi décidé que ses chansons ne seraient que des multi-reprises de tubes à succès. Résultats : ce chanteur est connu du monde entier et ses clips font le buzz dans les réseaux sociaux ! Pour en savoir plus, découvrez Conor Maynard !

  1. L’entonnoir expérimental

Vous savez comment créer votre stratégie de Growth Hacking maintenant ? Définissez d’abord ce que c’est que la croissance de votre business. Votre croissance !

Posez sur papier vos objectifs et des objectifs mesurables s’il vous plait !

40 partages sur un posts, 500 clics sur un lien, 25 passages au panier, 19 achats et 7 ventes complémentaires. Posez ces objectifs et projetez-les dans le temps ! Donnez leur un délais, une date. Lors d’un brainstorming, échangez avec votre équipe et posez toutes les hypothèses et objectifs que vous souhaitez atteindre. C’est le moment de déballer tout ce qui peut être revu : stratégie SEO, landing page, ligne éditoriale, nouveaux leviers d’acquisition, etc… Une fois toutes ces idées établies ; que vous reste-t-il à faire ? On va voir qui a suivi…

  1. Mettre en place votre tunnel de conversion ?
  2. Ou créer votre cadre PIE en analysant vos priorités ?

Pour ceux qui ont suivi, c’est bien le moment du cadre PIE !

C’est le moment de bien analyser le trafic vers votre site. Vous pouvez traquer vos liens et analyser ceux qui fonctionnent et ceux qui rament. Ainsi, vous pourrez savoir ce qu’il y a à optimiser et les poser comme objectifs avant d’analyser leur degré de priorité. C’est le moment de donner une note PIE ! Vous avez compris comment choisir vos projets prioritaires ? La note la plus élevée selon les facteurs de facilité, potentialité et importance. On dit qu’en dessous de 7, ce n’est pas important. Prioriser les autres.

  1. A vos marques, prêts ? Testez !

Gardez en tête que le test cherche à confirmer ou infirmer une hypothèse de départ ! Pour cela, quels sont vos indicateurs de succès ? Alors, vous êtes un Growth hacker ou vous ne l’êtes pas ? Le Growth Hacking doit se concentrer sur les objectifs un à un et déterminer si le test est réussi ou si c’est un échec. A la fin d’un nombre conséquent de tests, vous connaîtrez votre cible grâce à vos résultats.

Pourquoi l’entonnoir expérimental est-il indispensable ? Vos tests vous permettent de recenser des données sur votre cible, son comportement, ses affinités, ce qu’elle consomme le plus, à quelle fréquence, etc. Toutes ces informations vous permettent de créer, à long terme, une stratégie de croissance ultra qualifiée et personnalisée. C’est ce que font les équipes de Mark Zuckerberg avec Facebook. Facebook est un laboratoire géant avec énormément de données qui leurs permettent de créer de nouvelles fonctionnalités sans arrêt déployée vers des échantillons tests de population pour vérifier leur taux d’adoption.

  1. A quels résultats s’attendre ?

Ne cherchez pas à connaître une croissance exponentielle immédiatement. Pourquoi ? D’abord vous ne l’assumerez pas matériellement. Si du jour au lendemain vous avez un trafic d’un million de personnes sur votre e-commerce, vous risquez de faire exploser vos ventes. Mais aussi vos stocks !! Et ça, il faut le prévoir. Si vous passez trop tôt au 20h de TF1, vos serveurs vont disjoncter :-)

On ne vous dit pas qu’il ne faut pas rêver mais d’être prévoyant et réaliste. Votre stratégie doit être de longue durée afin d’assurer votre sécurité et la qualité de vos prestations. N’est-ce pas ce que vous voulez ?

 

La boîte à outils du Growth Hacker, vous voulez la connaître ?

On suppose que maintenant, vous voulez plus de concret ? Et bien, retroussez vos manches, on passe aux choses sérieuses ! L’objectif du Growth Hackeur est de trouver des solutions à des problèmes. Vous avez un problème ? Il cherche la solution. Une commande est difficile à passer, il va chercher à la rendre fluide. Vous ne comprenez pas certains posts, il en crée des plus accessibles.

Un site est trop sérieux, il rend sa ligne éditoriale sexy. Vous n’avez jamais de bons de commandes ? Il va vous proposer plus de promos. Le Growth Hacker cherche à faire gonfler le porte feuille d’une entreprise. Mais il sait que pour ça, il doit séduire son potentiel client. Alors il teste, il tâtonne jusqu’à connaître au doigt et à l’œil celui qui parcourt son site et parle le même langage (Adaptation identité de marque/cible).

Et pour vous 21 (premiers) outils indispensables du Growth Hacker !

  1. Se faire recommander, ça buzz 

Des outils pour créer son programme de recommandation : Rafflecopter, Gleam.io, InviteBox ou ReferralCandy.

  1. Acquérir du trafic par le parrainage

Le système de parrainage peut séduire l’utilisateur et lui donner envie d’inciter des proches à utiliser votre service. Cette technique peut être très virale. MentionMe est un très bon outil de mise en place de programmes d’inventive de referais.

  1. Convertir et fidéliser

Une douce façon de convertir et de fidéliser. Les codes promos, les coupons, vous avez les widgets pour créer des coupons, partagez les. Donnez-les à vos ambassadeurs afin qu’ils parlent de vous. Et n’hésitez pas à ajouter un délai pour donner un côté privé et exclusif à l’offre. Voir WordPress Coupon Widget.

  1. Demander du feedback rapide ?

Vous avez une idée pour trouver du feedback ? Reddit ! Vous savez c’est le site dans lequel vous placez des liens et les internautes votent en donnant un avis (marchés anglo-saxon de préférence).

  1. La visibilité : Quel outil pour qu’on me voit ?

Product Hunt a un super trafic ! Suivi par tous les geeks de la terre. Idéal pour un lancement de produit, c’est l’endroit où partager des produits nouveaux.

  1. Pour optimiser son SEO 

Semrush, Majestic SEO & InsightYooda : vous faites votre audit SEO, traquez les liens, et des inventaires de mots-clés stratégiques.

  1. Analyser le trafic d’un concurrent 

Similar Web permet de savoir d’où vient le trafic d’un concurrent. Vous avez accès à son volume estimés et ses statistiques dans les détails.

  1. Traquer le comportement des internautes sur votre site

Hotjar relève les points correspondant aux endroits où les internautes cliquent le plus et leur propose des enquêtes pour recueillir leur feedback en temps réel. Il peut même enregistrer les interactions entre les internautes et une page web et ainsi vous pouvez les visionner pour améliorer l’UX de votre site.

  1. Pour créer un chat

Vous avez des questions à poser à votre communauté ? Dans votre growth stratégie, vous avez décidé d’établir un premier contact chaud avec votre audience de visiteurs? Avec Tawk.to, vous pouvez créer une fenêtre de conversation et envoyer des messages automatiques ou manuels à votre audience.

  1. Booster sa communauté sur Instagram

Instagress est un robot qui follow et like les pages et personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts qu’un user donné. Gain de temps et de Follow assuré ! A utiliser avec parcimonie pour ne pas se mettre en délicatesse avec Instagram :-)

  1. Gérer son planning et ses paiements

Quickbooks.intuit.fr est un outil de gestion de calendrier en ligne. Il permet d’automatisez la gestion de votre facturation, suivre et gérer les factures des fournisseurs, etc. De quoi mettre sur le marché votre MVP plus rapidement !

  1. Etre présents sur les réseaux sociaux

Soyez présents sur les réseaux sociaux pour développer votre communauté ! Pour en savoir plus, lisez Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter : quels réseaux sociaux pour ma startup ?

  1. Envoyer des notifications !

Pushcrew.com offre la possibilité d’envoyer des notifications à travers les navigateurs webs/mobiles aux visiteurs qui ont donné leur autorisation au préalable.

  1. Créer des pages de pré-lancements

LaunchRock est une application en ligne destinée à créer des pages web de pré-lancement. Très pratique et rapide à mettre en oeuvre.

  1. Vous voulez des campagnes virales ?

Buzzbundle est un outil de gestion des médias sociaux qui vous aide à créer des discussions autour de votre marque.

  1. Automatiser sa routine web 

« If This Then That » (IFTTT) est un service web qui permet d’automatiser des actions courantes sur le web qui proviennent de Facebook, Dropbox, Twitter, Gmail, Tumblr, Linkedin, Gmail, Dropbox, Yammer et plein d’autres ! De quoi créer de séquences d’actions logiques sans même savoir coder.

Gagner du temps avec l’automatisation

Automatisez quand vous pouvez. L’automatisation fait gagner un temps fou ! Et le temps, rappelez-vous. C’est de l’argent. Il existe donc un outil majestueux qui s’appelle AgileCRM et qui permet de faire une prospection automatisée. Les prospects recevront vos campagnes et des rappels jusqu’à ce qu’ils répondent. Le taux de réponse est très élevé ! Cet outil traque le comportement des utilisateurs : clics, taux de rebonds, ouverture, etc.

  1. Identifier le parcours de vos visiteurs : Kissmetric permet de connecter les données et analyses-clés de votre business en ligne aux informations de vos utilisateurs !
  1. Faire facilement de l’A/B Testing 

Optimizely permet de tester une version A et une version B d’une page en y changeant juste un ou deux éléments (une couleur, une image, une phrase…) et d’analyser leurs performances respectives.

  1. Envoyer des e-mails ultrapersonnalisés 

Vous pourrez personnaliser vos e-mails avec du code en les adaptant à vos destinataires grâce à Customer.io.

  1. Rediriger les utilisateurs vers une mailing list

Hello bar est un petit bandeau qui va se mettre sur le header, au-dessus de votre blog, vous pouvez le customiser et les redirigez où vous le souhaitez.

  1. Créer une mailing list

Avec Leadpages, vous créez des landings pages, pop-up, des pages de captures d’emails, etc…

Plus de ressources et outils de growthhacker sur cette page incroyable.

 

En synthèse, votre croissance sera le résultat d’un processus complet et préparé. Et de la stricte application du framework AARRR, popularisé par Sean Ellis le pape du Growth Hacking.

Vous connaissez désormais les différents facteurs de croissance et l’état d’esprit qu’il faut adopter. Maintenant c’est à vous de jouer !

 

N’hésitez pas à partager cet article pour soutenir la croissance française !

Plus tard, je serai traffic manager !

architecture-1837176_1280-1320x564

 

Le monde du digital est un monde mystérieux où les plus aventuriers qui s’hasardent dans cet univers singulier, se rêvent community manager, consultant en growth hacking ou encore traffic manager. Chez LES CAUSANTES, celle qui s’occupe de gérer le trafic des sites web et des applications mobiles, s’appelle Olgica. Avec elle, découvrons ce qui se cache vraiment derrière cette fonction !

SEA-SEO : le traffic manager en deux mots

C’est lui qui gère vos campagnes d’acquisition, qui veille au bon référencement de votre marque, et qui optimise le tout avec un seul but : un retour sur investissement toujours positif, que cela concerne la notoriété de votre marque, ou directement vos ventes !

La mission d’un traffic manager est de gérer le trafic payant, appelé SEA (Search Engine Advertising) sur différents supports comme Facebook, Instagram, Twitter, Google AdWords, le RTB (Real Time Bidding) ou encore Bing ads. À partir de ces outils, le traffic manager, à l’image d’un trader, fait une véritable veille, afin d’optimiser au mieux les campagnes afin d’obtenir le coût le plus bas possible. Le traffic manager peut aussi parfois gérer le trafic naturel, appelé SEO (search engine optimization) pour être en meilleure position sur Google et autres moteurs de recherche.

Olgica, notre traffic manager de compétition, est spécialisée dans le référencement SEA. Elle est même certifiée Google ! Elle crée, gère et optimise les campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux, google adWords ou encore Bing ads. Elle travaille en amont avec nos consultants en growth hacking afin de mieux comprendre les besoins des clients, et de mieux connaître leurs cibles.

Une journée avec Olgica

Dès le matin, Olgica vérifie le cours des campagnes en regardant plus attentivement le coût par clic, le coût par download, ou encore le coût par fan. Elle surveille l’ensemble des comptes clients afin de détecter une éventuelle anomalie, ou au contraire de pouvoir constater les performances générées par les dernières optimisations. Sa mission est toujours de privilégier les annonces les moins coûteuses. À partir des meilleures annonces, celles qui ont un meilleur coût générant le plus d’engagement, elle crée des déclinaisons afin d’avoir toujours le meilleur rendement possible.

Puis, Olgica fait de l’analyse data avec le suivi continu des données statistiques des campagnes, elle observe les audiences et veille à ce qu’elles soient toujours rentables. Il faut toujours avoir l’œil et rester connecté car il y a toujours des réajustements à faire sur les campagnes pour augmenter la visibilité des publicités. Quand les résultats de certaines campagnes diminuent, Olgica crée de nouvelles campagnes en variant le ciblage, ou le wording pour optimiser les publicités au maximum. L’autre option qui s’offre aussi est d’ajuster le budget si la publicité reste prometteuse malgré ses résultats pas encore parfaits.
Le soir, elle refait un contrôle de toutes les campagnes. De plus, régulièrement, elle fait un rapport des campagnes Facebook et Adwords pour les clients selon leur besoin. Le traffic manager doit être en veille permanente, son rôle stratégique est primordial et assure ainsi la prospérité et la notoriété des marques sur les réseaux sociaux.

Les outils et méthodes d’Olgica

Olgica pratique en permanence l’A/B testing, méthode de split des campagnes permettant de faire varier les visuels, les accroches, les call to action, les audiences cible, etc…, et ainsi de vérifier sur le terrain quelles sont celles qui performant le mieux.

Le power editor de Facebook ainsi que la suite publicitaire Google Adwords n’ont plus de secret pour elle. Mais elle utilise aussi au quotidien plusieurs outils mystérieux dont elle ne révèle que très rarement le nom !! Secrets de Growth Hacker ?

Un métier au service du business des clients
Ce qui passionne Olgica c’est de pouvoir jouer un rôle déterminant dans la croissance du business des clients de l’agence et ainsi les propulser vers le succès !

Faire le buzz sur Facebook : la recette miracle !

Communiquer sur les réseaux sociaux est devenu un enjeu de taille pour toute marque ou entreprise. Pourtant communiquer ne suffit pas, il faut avant tout BIEN communiquer. LES CAUSANTES vous livre ses conseils en cinq points majeurs pour faire le buzz sur Facebook (ou d’autres réseaux sociaux !).

  1. Choisir le bon timing

Utiliser les réseaux sociaux est devenue une pratique quotidienne et systématique, elle rythme le quotidien et plus encore la journée des utilisateurs. Une publication Facebook va faire écho à un début de semaine difficile, à un dernier achat, à un samedi soir trop arrosé… Respectez l’horloge biologique de vos fans et leurs habitudes.

  1. Le Visuel

Un post sur les réseaux sociaux s’accompagne toujours d’un visuel afin de consolider votre identité. Privilégiez un visuel inspirant, ou attractif qui va pourvoir générer un maximum d’engagements.

  1. Le Wording

Tout visuel s’accompagne donc d’un wording. Le wording est crucial c’est la première chose qui apparaît lorsque l’on fait défiler un fil d’actualité Facebook. Choisissez un wording court et percutant.

  1. L’actualité

Le timing n’est pas simplement une question de moment le plus propice à la publication, mais celui-ci doit orienter la publication elle-même. Les réseaux sociaux sont un média de l’instantané, il est donc essentiel de surfer sur les tendances actuelles en matière de publication et de toujours rebondir sur l’actualité.

  1. Le poids des premières minutes

Pour une publication, tout se joue lors des premières minutes où vous pourrez alors prédire d’une certaine façon son avenir même si nous ne sommes jamais à l’abri d’une bonne surprise sur les réseaux sociaux. Restez donc bien vigilants lors des premières minutes et tirez-en des enseignements pour les publications à venir.

 

Vous voilà prêts à vous lancer dans l’aventure, pour toute autre question, nous sommes là :-)

Comment choisir ses leviers d’acquisition de trafic ?

Si vous avez une e-boutique ou un commerce, vous vous demandez sûrement comment acquérir du trafic sur vos sites web ou simplement vos pages. L’acquisition de trafic est un art mais il faut mettre la main à la pâte quand on veut attirer du monde de façon conséquente et surtout durable. Découvrez les principaux leviers d’acquisition de trafic existant et comment bien les choisir !

  1. Tout d’abord, qu’est-ce-que les gens achètent le plus ?

Le comportement d’un consommateur en ligne est différent du consommateur traditionnel en boutique. L’infographie ci-dessous (source FEVAD) nous montre que les produits/services les plus achetés en ligne sont l’habillement, les produits high-tech et électroménager, les voyages, les produits culturels mais aussi les produits de beauté et santé.

Capture d’écran 2017-03-04 à 12.45.47

 

  1. Les réseaux sociaux 

Il s’agit là du levier d’acquisition le plus important. Les réseaux sociaux sont devenus un carrefour très important entre les entreprises et les consommateurs qui y passent énormément de temps quotidiennement. Une présence sur les réseaux sociaux peut permettre de créer une vraie communauté engagée que vous allez fidéliser.

Et progressivement, votre communauté va adhérer à votre identité de marque et parler de vous autour d’elle. Le bouche-à-oreille sur les réseaux sociaux est amplifié par la vitesse de propagation sur le digital qui est quasi instantanée. D’où l’importance de mettre en valeur vos témoignages clients et des avis positifs. En B2B, vous devez interagir avec les entreprises et donc sur les réseaux sociaux sur lesquels ils sont présents : Linkedin, Twitter et de plus en plus Facebook !

  1. La publicité ciblées & le display

Vous pouvez faire connaître votre site grâce au prospecting sur les réseaux sociaux. Cette technique permet de cibler les personnes selon de multiples critères comme l’âge, le sexe, les centres d’intérêt et leur lieu de vie par exemple ! Par la suite, vous pourrez les faire revenir sur votre site grâce au retargeting. Vous utiliserez ainsi des campagnes subtiles qui donnent envie de revenir sans se sentir harcelé en permanence.

Les bandeaux e-pub (display) sur les sites webs sont eux issus de la publicité traditionnelle et peuvent aussi être utiles pour attirer de nouveaux utilisateurs. Ce format s’évalue en général au Coût pour Mille. Cependant, ne misez pas uniquement sur lui ; les taux de clic sont en effet de plus en plus bas.

  1. L’email marketing pour toucher directement les internautes

Il existe plusieurs types d’emailing pour acquérir ou retenir du trafic. Par exemple, l’email promotionnel permet de remercier son client de son achat ou sa fidélité. Vous proposez une réduction ou une promotion. Par ailleurs, la newsletter permet de maintenir un lien de proximité avec ses abonnés. Vous proposez vos derniers produits ou articles.

L’email remarketing est un message que l’utilisateur reçoit quand il n’a pas terminé une transaction. C’est une relance.

Enfin l’email de prospection est particulier dans le sens ou vous prenez contact avec une liste de personnes que vous ne connaissez pas (trafic froid). C’est donc un trafic peu qualifié et moins engagé. Mais il vise à créer un premier contact.

  1. Le référencement naturel et payant

Parmi les leviers d’acquisition dont vous ne pourrez toujours pas vous passer en 2017, même si 40% des recherches ont désormais lieu sur les réseaux sociaux, il y a le référencement de votre site (ou de votre application mobile) sur les moteurs de recherche.

En connaissant le ‘Googlebot’ notamment, vous vous adaptez à ses exigences et optimisez votre position sur les résultats de recherche.

Vous voulez être sur la première page n’est-ce pas ? Imaginez les moteurs de recherche comme une jungle et pour gagner (être en première position sur les résultats de recherche Google), il faut utiliser les règles du référencement gratuit et naturel (SEO pour les sites et ASO pour les applications). Et si vous voulez mettre le turbo, vous pourrez mettre un peu d’argent et investir dans des campagnes Adwords (SEA). Cette technique vous permet d’être sur les premières pages très rapidement en investissant un certain budget déterminé par la concurrence dans votre secteur d’activité.

  1. Le content marketing 

Le content marketing, ou encore inbound marketing, mise sur la qualité naturelle du contenu. Comment attirer le plus de clients avec mon contenu ? Les choquer ? Les séduire ? Les amenez à s’engager !

Ecrivez en pensant à votre cible et tentez de répondre à ce qu’elle recherche. Soyez différent voire unique. Faites que l’internaute cherche à passer du temps chez vous : votre page, votre article, votre site web. Un bon référencement en fait donc partie. Mais tout ce qui est autour du contenu doit rester de qualité : images, titres, unicité du contenu, originalité…

Creusez l’appétit, attisez la curiosité, augmentez le plaisir de votre lectorat pour qu’il aime passer du temps et revenir. Et n’oubliez pas d’analyser vos résultats et le comportement de vos internautes. Découvrez qui partage vos contenus, qui vous lit, qui revient !

  1. Les médias, la presse digitale et les influenceurs

Pour accroître votre visibilité, faire appel aux médias peut parfois s’avérer très efficace ! Les médias et la presse en ligne peuvent être également intéressants. Cherchez donc les médias qui intéressent votre cible et échangez avec les journalistes.

Enfin, si vous arrivez à communiquer avec des influenceurs (youtubeurs, snapchateurs, instagrameurs, blogueurs, etc.) les retombées peuvent être également très bonnes. C’est un excellent levier d’acquisition car les influenceurs ont une cible souvent très qualifiée et engagée.

Gardez tout de même une stratégie multicanal pour ne pas dépendre d’un seul canal ! Optimisez aussi les approches online et offline.

  1. Les évènements & jeux-concours

En fait, il y a des dizaines de façons d’attirer de nouveaux clients. Il faut être créatif ou aller voir ce que font les autres. Par exemple, vous pouvez organiser des jeux-concours. Ils permettent de susciter la curiosité et le désir de l’internaute.

Organiser de vrais évènements peut aussi créer du mouvement et un bon trafic. Les conférences, par exemple, permettent d’améliorer votre crédibilité. De plus, ces évènements peuvent amener des journalistes et générer la création de contenus utiles pour votre notoriété, vidéos, articles de blog, etc.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :

Agence digitale Facebook : pourquoi confier le développement de sa communauté à des pros ?

Agence Facebook marketing : indispensable pour démarrer en 2017 ?

Agence Facebook Marketing

Une présence sur Facebook n’est plus seulement indispensable. Ce réseau social est devenu le premier levier d’acquisition de fans mais aussi une vraie plateforme d’interactions online qui permet de générer du business. Il est même désormais possible d’acheter directement vos produits sur Facebook via des f-boutiques ! Si vous voulez être à la page et prendre les meilleures décisions pour votre croissance, découvrez en quoi une agence marketing Facebook peut vous aider !

 

 

  1. Etre présent sur Facebook c’est vraiment indispensable ?

La présence sur Facebook est devenue indispensable pour toute entreprise qui souhaite se lancer et prospérer en 2017. Le nombre d’utilisateurs sur ce réseau social (près de 2 milliards dans le monde et plus de 30 millions en France) fait de lui un monstre en terme de visibilité mais surtout de Data. En effet, sa big Data est des plus exceptionnelles est de fait Facebook est devenu au fil des années un ennemi redoutable pour Google.

La force principale de Facebook par rapport à Google c’est de vous permettre de capter des personnes qui ne sont pas encore intentionnistes achat (contrairement à Google) mais qui le deviendront un jour, surtout si vous communiquez bien vers eux !

 

  1. La puissance du premier réseau social mondial & sa Big Data

Facebook n’est plus un simple réseau social, il est devenu une plateforme pour tous les professionnels qui se digitalisent (passage obligé pour tous). L’écosystème Facebook intègre également Instagram, qui mène une compétition féroce avec Snapchat, Messenger et What’s app les 2 messageries les plus utilisées dans le monde, sauf en Chine ou Wechat est le leader incontesté.

Autrefois réticente, l’industrie a fini par entreprendre sa digitalisation et comprendre les enjeux d’une présence intelligente sur le Web. Bien sûr, il ne suffit pas d’être uniquement présent statistiquement sur le Web via un site vitrine, il faut en comprendre le fonctionnement, les opportunités et connaître ses propres objectifs.

Et vous, connaissez-vous les vôtres ? Si vous êtes un peu perdu au niveau de vos objectifs ou ignorez par où commencer, découvrez la méthode AARRR : la méthode de Growth Hacking pour exploser votre business comme un pirate !

How To Measure App Growth With Pirate Mobile Metrics AARRR

 

  1. Vous êtes qui & vous voulez quoi ?

On ne cessera de le répéter, vous devez connaître vos objectifs et les définir précisément. Pourquoi ? Et bien le luxe de ce canal de communication digitale c’est qu’il permet de faire des analyses et des tests.

On ne part pas de zéro pour jeter une bouteille à la mer, non ! Vous émettez des hypothèses. Ensuite, vous définissez des résultats à atteindre et grâce à une stratégie d’A/B testing, vous pouvez voir ce qui fonctionne (ou pas) et pourquoi ! En changeant certains facteurs (visuels, accroches, horaires de publications, call to action, etc.), vous pouvez créer une vraie stratégie d’acquisition de fans pour développer votre communauté ou de conversion pour générer des ventes.

 

  1. Facebook Ads : la publicité pour gagner en visibilité … et en efficacité !

La publicité Facebook fonctionne selon plusieurs facteurs : le ciblage, le budget, le placement sur la page, l’enchère et bien sûr la qualité de l’annonce ! En ce qui concerne l’enchère, le CPM (coût pour mille affichages) peut varier de quelques centimes à plusieurs euros selon les autres variables. Le CPC (coût moyen par clic) permet de ne facturer que les clics sur la campagne. Il existe aussi le CPA (coût moyen par action), qui permet de définir l’action : conversion, téléchargement d’application, etc. Enfin, l’OCPA (coût par action optimisé) permet d’attirer le plus de monde selon le budget.

Peu importe le type d’enchère, il faut calculer en CPA et analyser les résultats. Et surtout les optimiser quotidiennement pour faire baisser le CPA moyen au cours du temps.

 

  1. La gestion de communauté pour créer un lien qualitatif

La gestion d’une communauté sur Facebook commence d’abord par sa création, cela va sans dire. Il faut donc veiller à faire un vrai ciblage qualitatif pour trouver efficacement, l’utilisateur apte à liker, à suivre votre page, partager vos publications et même à vous recommander !

Ensuite, il y a toute la partie interaction. Les utilisateurs aiment la proximité. Une page sur laquelle ils peuvent commenter et avoir un like ou une réponse leurs donnent envie d’y rester. C’est une excellente façon de faire de la rétention. De plus, les interactions augmentent la visibilité de vos posts et le edge rank de votre page.

  1. Le rôle d’une agence Facebook Marketing

Vous avez sûrement entendu l’expression « l’argent est dans la liste » (sous entendu dans votre mailing liste si vous l’exploitez correctement !). De la même façon, pour Facebook, l’argent est dans votre communauté.

D’où l’importance de créer une communauté qualifiée et bien ciblée de sorte à ce que vos publications leur parlent et qu’ils y réagissent. Le lien entre votre communauté et vous est très important. Plus il est bon, plus il y a d’interactions. Et plus il y a d’interactions, plus il y a de conversion.

L’enjeu est donc de créer votre identité de marque, adapter votre ligne éditoriale et conquérir des clients qui matchent. Pour se faire, il y a une vraie stratégie de ciblage, de veille de la concurrence, d’analyse de la cible et de son comportement.

Votre agence doit produire des contenus de qualité à des horaires optimaux et des fréquences appropriées. Et y associer les bons ciblages. Vous devez ainsi bénéficier d’une réelle expertise Facebook pour vous faire gagner du temps.

Enfin, prendre en main vos campagnes de publicité et les exploiter selon la stratégie globale mise en place !

 

Si vous faites des ventes en ligne : découvrez comment les optimiser au maximum !

Site e-commerce : comment faire exploser ses ventes en ligne ?

LA MEILLEURE AGENCE DE RÉFÉRENCEMENT À BRUXELLES

Pour augmenter la popularité de vos sites, vous avez misé sur plusieurs leviers mais vous n’êtes pas expert en référencement ? L’agence de référencement LES CAUSANTES BRUXELLES est spécialisée en SEO, SEA & & SEM et accompagne les projets de toutes tailles dans leur lancement sur les moteurs de recherche, notamment le roi GOOGLE. Découvrez en quoi le référencement de votre site est indispensable !

 

  1. Pourquoi nous sommes la meilleure agence de référencement à Bruxelles ?

LES CAUSANTES est une agence de Growth Hacking mettant en action ses équipes pour faire grandir les startups.

L’une de nos spécialités est le référencement naturel. Nous réalisons des audits techniques et sémantiques et proposons les meilleures solutions pour exploiter, au mieux, votre potentiel. Du fonctionnement de vos sites, leur ergonomie en passant par le contenu et leur structure, nous vous proposons une mise à jour en s’adaptant au marché et aux comportements actuels des internautes.

Nous veillons à collaborer avec votre équipe technique afin de l’accompagner en proposant des solutions accessibles et adaptées à votre budget. Les contenus sont optimisés SEO et nous proposerons également une stratégie avec des backlinks de qualité. Nous produisons aussi des articles pour des clients ponctuels et nous pouvons adapter notre rédaction à tous les secteurs d’activités.

 

agence referencement neuilly

 

 

  1. Les moteurs de recherche

La notoriété et la visibilité d’un site est un art. Pour que votre site soit présent et bien référencé sur les moteurs de recherche, il faut savoir comment ils fonctionnent. Pour le moteur de recherche Google, le robot s’appelle Googlebot. Il explore tous les sites indexés sur la toile et détecte les nouvelles pages.

Ensuite, il passe de liens en liens comme en parcourant une toile d’araignée. Ainsi sont analysées des milliards de pages Web. Le Googlebot est le crawler de Google : il part d’un point de votre site et explore tout ou une partie du site (contenus, images, liens, ancre, etc). Il y a donc ce qu’on appelle le crawling qui signifie l’analyse des sites, puis l’indexation des sites par les algorithmes. Les sites ne sont donc pas indexés dès leur création, les robots doivent d’abord passer dessus et cela peut intervenir quelques jours à quelques semaines après la première mise en ligne. D’où l’intérêt d’exploiter ce temps pour élaborer son référencement.

 

  1. Bien référencer ses sites Web est un MUST HAVE !

Le référencement consiste à utiliser toutes les techniques possibles pour bien positionner (référencer) son site Web sur les moteurs de recherche. Très peu de personnes regardent les secondes et troisièmes pages sur les moteurs de recherche.

Etre sur la première page des résultats est préférable pour générer d’avantage de trafic : 91% des clics sur Google se font sur la première page ! Yahoo, Bing et les autres moteurs de recherches fonctionnent relativement de la même façon. Mais il faut savoir que Google représente près de 92% des requêtes desktop et mobile sur les moteurs de recherche en France.

Alors que Bing et Yahoo représentent, respectivement, 4% et 2% des requêtes. Le moteur de recherche Google lutte contre les sites de mauvaises qualités, le plagiat et tout autre type de fraude. C’est dans ce sens, que Google élabore régulièrement de nouvelles mises à jour. D’ailleurs les mises à jour Google Panda et Google Penguin ont transformé le référencement en 2011 !

Une bonne agence de référencement comme LES CAUSANTES maîtrise les évolutions apportées par les moteurs et vous aide à faire progresser vos sites sur les mots clés stratégiques de votre business.

 

  1. Le référencement naturel SEO (Search Engine Optimization)

Le référencement naturel, le SEO (Search Engine Optimization) a donc pour but d’améliorer votre classement. Pourquoi naturel ? C’est une optimisation qui va se faire naturellement et surtout gratuitement, en reprenant les contenus ou en rédigeant de nouveaux. 75 % des internautes qui cherchent un produit le font, en premier, sur un moteur de recherche. C’est pourquoi, le référencement n’a de sens qu’en pensant «  mots-clés ».

Il faut se demander quel mot clé va être requêté pour un besoin ? Il s’agit donc d’abord de déterminer les mots-clés sur lesquels on souhaite positionner les pages de son site. Une analyse sémantique sera donc nécessaire ainsi qu’un benchmark de la concurrence pour éviter d’utiliser des mots déjà trop concurrentiels. L’analyse et l’optimisation sémantique font également partie de cette démarche SEO.

 

  1. SEA  (Search Engine Advertising) 

Le SEA concerne toutes les techniques marketing payantes visant à augmenter la visibilité et le trafic d’un site Internet sur les moteurs de recherche.

Pour cela il suffit de créer une campagne sous Google Adwords. Les publicités fonctionnent immédiatement. Il s’agit là d’une technique payante contrairement au SEO puisque Google se rémunère sur chaque clic lié à une publicité.

Et dès que les campagnes s’arrêtent, les clics aussi. C’est pourquoi de nombreux annonceurs mettent en place en parallèle une démarche SEO pour obtenir des clics organiques durables.

 

Vous-vous demandez comment référencer une application ? Découvrez

ASO (App Store Optimization) : le SEO du mobile !

ASO (App Store Optimization) : le SEO du mobile !

 

Tandis que le marché du Smartphone avance désormais à petits pas (1,6% en 2016), la concurrence entre les OS (Operating System : IOS ou ANDROID) continue de plus belle. Et l’arrivée des App stores, en 2009, a engendré une nouvelle compétition féroce pour la visibilité des applications. On vous dit tout sur cette frénésie du référencement qu’on appelle : l’ASO (App Store Optimisation) !

La course des OS 

Contrairement aux apparences dans les pays les plus ‘développés’, Android reste le King des OS au niveau mondial. En effet, à la fin de l’année 2016, ce sont 87,8% des smartphones vendus qui étaient sous Android contre 11,5% sous IOS. Ceci étant IOS domine encore largement le segment CSP+ souvent recherché par les marques.

 

graph

Dans le graphique ci-dessus, on peut voir la forte progression d’Android, due en partie, au recul de ses concurrents ! L’ASO désigne les techniques de référencement des applications sur les stores d’applications mobiles tels que Google Play, Windows Store (moins développé) et Apple Store ! Mais en quoi ces chiffres ont-ils un impact sur le référencement des applications ?

 

Marketing Mobile et ASO

Selon une étude, les internautes passent 86% de leur temps sur des applications, le reste du temps sur un navigateur. Les algorithmes de référencement des applications de Google et d’Apple fonctionnent partiellement différemment. En effet, en matière d’ASO, ils ne valorisent pas toujours les mêmes facteurs. Sur l’Apple Store, il y a plus de 800 000 applications dont 80 000 en français et moins de 20% seulement sont notées ! Autant dire que pour exister, il faut vraiment se distinguer ! D’ailleurs, voici les principaux critères qui donnent envie à un mobinaute de télécharger une application :

  • la description (25%)
  • les avis (24%)
  • les images (23%)
  • les étoiles (13%)
  • l’icône (13%)

On estime que les applications classées dans le top 3 sur un mot clé rafflent plus de 80% du trafic de recherche associé !

 

Critères ASO : Google Play et iTunes App Store

Comme nous l’avons dit plus haut, l’algorithme de Google fonctionne différemment de celui d’Apple. Le robot Google met en valeur la description de l’application tandis que l’algorithme d’Apple préfère les mots-clés. Dans les deux cas, le titre reste en première position. Il doit être pertinent et en cohérence avec la requête de l’utilisateur. Restent en commun, la catégorie, l’icône, ainsi que les captures d’écrans qui permettent aux utilisateurs de se projeter.

iprospect

 

A l’instar du référencement naturel (SEO), l’exploitation des mots-clés doit être pertinente. L’App Store autorise 100 caractères pour les mots-clés. Leur importance est de mise contrairement à la description de l’application qui n’est utile que pour la compréhension de l’utilisateur. Tandis que Google considère les liens venus de l’extérieur, le nombre de téléchargements et de désinstallations de l’application, Apple les ignore et ne considère que les downloads.

 

Comment créer de la visibilité autrement ?

Vous l’aurez compris, émerger dans un océan d’applications devient très difficile. Une application qui marche doit d’abord respecter ces critères. Mais elle doit aussi être claire, fonctionnelle, sexy et ergonomique. Et bien sur, elle ne doit pas planter ni avoir de bug. Sinon=> mauvaises notes => mauvais retour. Et rattraper un utilisateur déçu reste le parcours du combattant !

Mais il existe des alternatives complémentaires. Une autre façon de promouvoir une application est d’élaborer un plan marketing digital efficace incluant :

  • Boost de Downloads
  • Facebook Ads Application
  • Vidéos de démos sur les sites
  • Campagnes fil Rouge
  • Emailing
  • Publicité Display
  • Site dédié
  • Plan autopromo
  • Etc

 

Pour conclure, si une stratégie de référencement SEO peut souvent fonctionner seul pour les sites Web, le Search n’est qu’un levier parmi les autres sur le mobile. Seul, il est insuffisant. Un bon ASO avec un bon rating et un bon plan marketing, donnent à l’application des chances d’émerger de façon puissante devant ses concurrentes.

 

Merci de partager l’article si vous pensez qu’il peut être utile à votre entourage !

LEAN Marketing : Le marketing qui fait gagner du temps (et de l’argent !)

Parmi les différentes stratégies marketing, il y en a qui font gagner du temps & d’autres qui font perdre de l’argent. Laissant s’exprimer créativité et talent, le Lean Marketing est une stratégie qui met les règles de côté et ouvre une boite à outils géante ! Zoom sur cette méthode à adopter de toute urgence !

 

  1. Le Lean marketing, C’est quoi ?

Toutes les entreprises cherchent à adapter leur offre à l’évolution du marché. Dans quel but ? Il est toujours le même : convertir les visiteurs en clients ! Et tous les leviers sont bons pour attirer en masse du trafic : blogging, emailing, réseaux sociaux, partage de contenus. Et plus il y a de leviers, plus il y a de résultats !

Concrètement, on fait quoi ? Créer du contenu otpimisé SEO, gérer des campagnes Adwords, être présent sur les réseaux sociaux sont autant de canaux possibles. Mais il n’y a pas de règles ni de vrai processus, le but est de tester ce qui fonctionne le mieux pour son entreprise. Par exemple, commenter des contenus qui font le buzz est une façon d’attirer du trafic. On peut aussi rééditer des contenus anciens pour les mettre à jour et leur redonner une nouvelle vie sur le web. L’un des buts du Lean marketing est de tendre vers les 100% de satisfaction en apprenant le plus possible des clients.

Il s’agit donc de mettre de côté tous ses préjugés et de se concentrer sur ce qui marche réellement sur le terrain !

 

  1. D’où vient ce Lean marketing 

Lean est un mot anglais qui veut dire « dégraissé ». C’est donc un process qu’on va épurer en éliminant les générateurs de perte : perte de temps, d’argent, d’énergie, de focus. Alors que le marketing traditionnel cherchait à façonner le client selon ses besoins, le Lean marketing apprend du client et s’adapte à lui. Le Lean marketing se rapproche du Lean management inventé par Toyota dans ses usines de production :

  • Réduire les pertes de temps et d’argent
  • S’améliorer constamment
  • Le diable se cache dans les détails

Il est donc ici question d’analyser l’internaute, la nature de la cible, ses comportements. Ainsi, on adapte sa communication de façon à réduire au maximum d’écart entre le consommateur et le service. C’est un vrai état d’esprit, une profonde transformation, et toutes les entreprises n’adoptent pas (encore) le Lean Marketing : apprentissage, amélioration continue, adaptation.

lean rocket

  1. Comment ça se déroule concrètement ?

Comme le Growth Hacking, le Lean Marketing est une expérience (quasi scientifique !). On pose une hypothèse, on analyse le résultat. Si elle fonctionne, on adapte la stratégie. On teste concrètement des messages, des contenus et des canaux différents. On teste les contenus et les canaux indépendamment et on adapte ainsi les futurs tests.

C’est la boucle => construire – mesurer – apprendre. C’est, en fait, un marketing intelligent, personnalisé et, par conséquent, qualitatif. Apprendre de ses erreurs permet un gain de temps (si précieux), d’argent et d’énergie pertinent ! Ainsi, il est possible de progresser avec un petit budget, si on applique la méthode avec rigueur et régularité.

lean ab testing

  1. Les étapes du Lean marketing

Vous l’avez compris : le lean marketing est un processus continu d’amélioration. Afin d’anticiper les changements de comportement des utilisateurs, étape, par étape : on teste, on valide, on reteste, on change de stratégie si nécessaire, on pivote. La mesure et l’apprentissage sont les bases du Lean marketing :

 

Construire : créer du contenu adapté à sa cible que l’on relaye sur les réseaux sociaux.

Mesurer : Analyser pour déterminer si la stratégie est efficace ; vérifier les taux de rebond, d’engagement, e conversions, etc.

Apprendre : Apprendre de ses erreurs et de ses victoires (même les petites) pour s’adapter et façonner des stratégies ultra qualitatives.

 

  1. Lean marketing : pour qui ?

La plupart des professionnels du marketing ont du mal à mesurer la qualité de leur travail et leur progression. Par conséquent, ils ont des difficultés à justifier leurs budgets face aux équipes commerciales. Faire du Lean marketing serait le compromis idéal à tous ces problèmes !  Et donc rassurant pour les directions générales car porteur de retour sur investissement rapide et mesurable.

Pour en en savoir plus sur le Lean Marketing, vous pouvez lire « The Lean Start Up » d’Eric Ries !

 

 

Nos expertises digitales

Nous vous accompagnons dans la définition de votre stratégie et de votre communication digitale :
• Sur des opérations ponctuelles « one shot »
• Ou au quotidien, dans le cadre d’un accompagnement de proximité récurrent

Nos fondamentaux :

  1. Développer votre écosystème digital
  2. Faire rayonner votre marque sur internet
  3. Booster vos performances
Lire la suite
Page 1 sur 3123